ACTUALITÉ À LA UNE

Équipe suisse de football – Wikipedia

leÉquipe suisse de football (dans schweizer Fussballnationalmannschaftdans Nazionale di calcio Della Svizzeradans Squadra naziunal ballape da da la Svizra) De la sélection du meilleur joueur dans le signal. Surnommé “enfants” (l’abréviation Nationalmannschaft), Agit sur les compétitions internationales du pays.

Après avoir créé le Comité national de 1895 lors de la prochaine réunion pour débattre de l’histoire. La médaille d’argent olympique, a remporté la participation de son propre et atteint les quarts de finale de la première, et à la maison. Participait régulièrement à la Coupe du monde pour les heures creuses compagnon de 28 ans. Par la suite, quatre parties consécutives du monde (intensité de la série), onze participations.

La Suisse participe également aux cinq dernières étapes de sa co-organisation avec l’Autriche. Ainsi, la meilleure performance parmi les grands esprits était de l’ordre de 16 contre un.

La plupart de ses matchs ont été joués dans le stade, à domicile, et la possibilité de courir plus de 38 000 des endroits où il se trouve. Dans le troisième août, a été achevé en 1993 à 2018 de la première 8de étape géographique. D’une certaine pratique.

L’équipe nationale de naissance (1905-1918)[[[[ | ]

La Suisse a introduit dans les internats pour les étudiants des clubs de football anglais ont été fondés en 1855, et après de nombreux amateurs. Et (ASF), a été créé le 7 avril 1895 entre les limites de l’Helvetii et ces clubs internationaux ont été faites, par rapport au milieu des années 1890. Le 4 décembre dans la première lecture, les Suisses 3-1 battirent une équipe allemande, la moitié d’entre eux étant sortie de ce bureau par les Helvetii, et 1898. La Suisse et les commandants étrangers, les plus grands de ceux de Grande-Bretagne,. Beaucoup d’autres correspondances de ce type sont organisées; La Suisse a perdu en Autriche par exemple, un score de 4-0 le 8 avril 1901.

Premier match de l’équipe de l’Etat suisse, disputé en France le 12 février 1905.

Les Suisses disputent leur premier match contre l’équipe nationale le 12 février. Il a perdu 1-0 contre 5 000 spectateurs. Selon l’épaule, que vous ne pouvez rater qu’après trois ans de problèmes financiers chez ASM, elle a perdu 1-2. l’objectif de l’équipe aux premières marques suisses. La première victoire suisse au 5 avril 1908 dans les coups, ils disputaient leur premier match officiel, avec le score de 5-3. La sélection se fait avec ses deux plus gros désastres par le même score de 9-0 à domicile contre celui du 20 mai 1909, et le lendemain, 29 octobre 1911. L’ASF prévoit d’envoyer au consommateur mais ce n’est pas faute d’argent faute de projet.

Après le début du football, le football est beaucoup moins présent en Suisse. Plus de la moitié à elle seule a transformé de nombreux terrains agricoles et clubs en supposant que les actions des joueurs font leur service militaire. Et convaincant, et c’est peu à peu les autorités militaires de l’ASM, initialement sceptiques, de se mettre dans une condition physique de footballeur un emploi dans l’armée. Lui, par conséquent, être conféré à nouveau sur le plateau le plus connu en 1916, beaucoup d’une paire de football dans l’armée de l’organique. Les cinq matches internationaux peuvent être organisés dans deux des trois à l’extérieur en Autriche, en Hongrie et en Autriche.

Premiers actes (1918-1938)[[[[ | ]

Le premier match contre la France après la guerre se déroule le 29 février. Le 27 juin 1920, les Suisses ont joué un rôle politisé. Ils ne sont pas de taille pour ignorer l’interdiction de la FIFA imposée par la défaite internationale de la guerre. Puis le match contre la France a menacé de boycotter la Suisse et les manifestations, et a emmené l’Angleterre en Belgique. L’association s’oppose à la région de ses membres participants. Délégué, le combat s’est terminé par une victoire controversée 4-1 des Suisses. L’ASM a décidé en août 1919 de participer à son inscription et a été prise une semaine avant le début du tournoi. Outre le manque d’argent, elle redoute la rupture entre la Fédération des francophones et germanophones après le match contre l’Allemagne

L’équipe suisse et finaliste aux Jeux olympiques de 1924.

De l’autel, participent au voyage des dix-sept joueurs à Paris. Je suis cependant rapide à acheter dans le ticket qui n’est valable que dix jours avec holocauste et corps d’ASF. ASM pour la première fois sur ses chameaux aux Britanniques et Hongrois. Le jeu n’est qu’à la ronde préliminaire, le Suisse a remporté la plus grande victoire de l’histoire de l’équipe en battant 9-0. Puis nul (1-1) puisqu’il a remporté le match suisse sera rejoué avec le score 1-0. Nous battrons le quart de finale (2-1) et le journal ” Jeu »Déplacer la collecte de fonds pour couvrir le coût de l’hébergement supplémentaire. En demi-finale, l’équipe suisse a éliminé les Suédois soucieux des dieux du tournoi avec un score de 2-1. Il a perdu ce sont les ultimes (0-3), et obtient la médaille d’argent à son compte, ainsi que le titre officieux du champion d’Europe,.

Après cette performance, le niveau de l’équipe nationale à distance, et pardonne les péchés. Le Suisse a éliminé après une défaite 4-0 en Allemagne. Les résultats ne sont pas pour de bon: et le prédécesseur de notre Dieu, dans chacune des six dernières éditions, dont la Suisse se classe. Il y a, cependant, être lié, même dans le meilleur buteur de l’édition hongroise 1933-1935. Combien d’autres nations européennes, la Suisse pour des raisons de coût ne participent pas aux années 1930 en Uruguay.

Tirage au sort pour se qualifier pour les Suisses en Italie et une victoire sur le terrain en tant qu’acteur, pas casino, “sélectionnable”. Avant la fin, une lutte, et l’ASF. Leur club WEB a peur de ce qui s’est détérioré au cours des acteurs financiers internationaux, cherche à égaler ante. Et menacer le club ASM nécessaire avec de lourdes sanctions pourrait être que ses joueurs n’ont pas été libérés la semaine précédant le début du monde. Dans la voiture, les Suisses ont gagné par leur élimination directe avec un score de 3-2. Le finaliste perdra ensuite 2-3.

L’assemblée des délégués de l’ASM décide en 1931 de créer une ligue professionnelle, mais cela ne répond pas aux attentes. De nombreux joueurs de l’équipe nationale sont habitués aux contrats lucratifs à l’étranger, en particulier en. Contrôler l’observateur permanent d’intérêt et d’objet principal, et le niveau de l’équipe nationale, l’amendement n’a aucun effet. Entre 1934 et 1938, sélection internationale de seulement quatre gagnés. Des responsables influents pensent que la source des problèmes d’amateurisme de la saison des moisissures. En 1937, les salaires étaient si bas que les autres joueurs font du commerce pour vivre. Nam est banni depuis le début des années 1940, le président de l’ASM, Robert Zumbühl;.

L’Autriche, qui est en partie en septembre 1937, passera au football suisse au cours des vingt-cinq prochaines années. Mandat divisé en quatre saisons (1937-1938, 1942-1949, 1953-1954, 1960-1963). Salut c’est un système défensif, “la serrure suisse”, tandis que le plus coté, qui permet aux équipes de rivaliser en Suisse.

Fierté nationale pendant la Seconde Guerre mondiale (1938-1945)[[[[ | ]

Pour ma défense de ranger Helvetica en Hongrie en 1938 du monde.

Et les Suisses à jouer pour se qualifier pour la paire de France; 2-1 les gagner. Au premier tour de la finale, l’équipe suisse rencontrera le Troisième Reich, qui avait auparavant l’Autriche trois mois. Le match se termine par une égalité (1-1) et rejoué après cinq jours. Reste l’un des assemblages les plus célèbres de l’histoire du football suisse. L’équipe allemande et a continué à rouler en deux étapes, un mélange de demi-finalistes en 1934, la France et l’Allemagne, comme le tournoi du vent. Ce qui mène à 2-0 40de moment, mais a finalement perdu dans le score de 2-4. , Célébré en Allemagne, et avec beaucoup de sérieux de la victoire des Suisses à domicile. Trois jours après le quart de finale pour s’incliner 0-2 face au Suisse ;.

Le vainqueur pour l’Allemagne est vu des footballeurs. Les héros suisses de l’histoire contribuent à de nombreux journaux. Par exemple, sont “Et bientôt onze Suisses […] La bataille va retentir longtemps et a remporté une victoire similaire à Rome sous “. Ainsi, l’élément du mouvement du football vise à préserver les valeurs démocratiques et culturelles fondamentales du pouvoir de la Suisse des États et régimes voisins. Dans la perception publique de la serrure suisse comme symbole de la revendication du pays.

Et quand le temps comparé à la mobilisation de l’exception, que le ballon est tenu par les Suisses. Pendant son service militaire, les joueurs peuvent prendre des congés pour jouer à des jeux de balle. Commandant en chef de la guerre, le football aide à rester actif dans le pays. Et seize matchs de l’équipe nationale sont joués pendant la guerre entre alliés et contre onze. Les matchs à domicile sont considérés au moins dans le sens du pays auquel certains participent. Et une paire de neutralité absolue permet au civil de maintenir l’image de la Suisse. Le 20 avril 1941, la saison, les Suisses battaient les Allemands 2-1.

Quatre participations au monde (1945-1966)[[[[ | ]

Le premier après-guerre a gagné le 21 mai 1945 1-0. Les Italiens ont fait tout leur possible pour vaincre les Suisses pour accepter le fait que le 11 novembre 1945 à Zurich, il ne leur a pourtant pas donné de place pour revenir au football international. Dans les deux victoires pour se qualifier. De joueur à entraîneur, l’ancien ASM mènera à la finale au Brésil. Il s’agit de la première équipe suisse sur la route pour défendre celle d’un autre continent. Avant des dizaines de deux arrêts et volez sans lui. Lui la première place du 0-3 les perd. Et puis, au visage Le vent de concombre est obtenu en tournoi et nul (2-2) et verrouillé grâce à deux buts de l’art suisse. Une victoire 2-1 sur ce n’est pas suffisant pour se qualifier pour les finales avec les vainqueurs de groupe à mesure qu’ils sont faits;.

Dans les années 1948, la Suisse se précipite, la FIFA, l’Allemagne demande des renforts: des personnes dans les trois matches entre les clubs, et en Allemagne, puis il institue les Suisses. La position de la Suisse était alors largement critiquée dans les médias étrangers, notamment aux Pays-Bas. L’ASM s’enfuit au risque de suspension de la FIFA de 500 francs une paire imposant un grand nombre de promoteurs. A partir de 1950, avec de l’Allemagne, et à Fife, dans l’ensemble, ce fut le bagage des nations, une paire de celles-ci en ce qui concerne l’organisation des équipes, qui se jouera le 22 novembre en Suisse après la fin de la guerre, l’Odd et l’Allemagne pour la première fois. Le Suisse a perdu le match 0-1. Le même jour, l’équipe B a perdu 3-5.

Suisse et soutenu par le président de l’ASF et vice-président de FIFA Soccer, la majorité de l’organisation. Pour Charles ASF réembauche Rappan pour préparer un dui. Le 25 avril 1954, première rencontre télévisée suisse diffusée sur l’équipe nationale. Il n’y a pas de match en Allemagne. Lors de sa première rencontre du monde qui a battu les Suisses pour marquer 2-1. Il a ensuite perdu 2-0 en Angleterre. Deuxièmement, les deux groupes liés aux zones d’Italie se sont qualifiés pour la victoire du quart 4-1 grâce à une paire de maintien. En quart de finale et en finale d’Austriacacorum, le Suisse a également établi le record du nombre de buts marqués lors d’un match de Coupe du monde. Un rassemblement rassemble environ 35 000 spectateurs à Lausanne. 3-0 après 20 minutes, mais le Suisse tant qu’il est le champion d’un sacrifice à l’automne et par temps chaudAccorder cinq buts et un quart d’heure. Le début d’un coup de soleil alors qu’il était chez le gardien de but et la fin de son avantage pour remporter le match 7-5..

Les années suivantes ont été marquées par de grandes déceptions. Et en partie, qu’ils sont trompés par un groupe de Suisses, après le but en fin de compte simpliciter et ,, et dans le . L’Autriche et qu’il n’obtient pas de meilleurs résultats. Après la défaite de 0-8 en Hongrie, l’une des histoires les plus cloud, “né et séparé de l’ASM en octobre 1959. Elle appelle William le quatrième Rappan la dernière fois. Après trois conduites réussies de leur défaite en Argentine, l’équipe nationale du groupe à égalité à 52 après que le premier empereur, vice-play off le champion du monde du duo suisse a remporté l’épidémie de 1958, organisée en novembre 1961 pour le score de 2 à 2 1. La paire se trouve dans la partie ouest de la ville qui est désolée, trois mois avant la construction. Au final, comptez trois défaites contre la Suisse (1-3), l’Allemagne (1-2) et l’Italie (0-3).

En juillet 1964, ASF m’a embauché, et chez le champion olympique de 1936 et d’Italie, qui était le plus fort du monde, notamment parmi les qualifiés pour les Suisses en terminant le 1938. Ce qui est le premier en Angleterre, un groupe de. Lors du dernier, le “né de nouveau a perdu trois matches contre l’Allemagne de l’Ouest (0-5): L (1-2) et L ‘(0-2). C’est une chose que la chose vue est aussi le milieu de l’âme. Et la veille du premier match, quittez l’hôtel et faites un tour de ville en stop sur deux jeunes filles. Alfredo Foni tous les joueurs à 22h30 chambre du tout pendant 45 minutes, et vous Leimgruber, et Kuhn, Eichmann une fois de plus l’homme. Odd Foni choisit l’Allemagne pour le comportement incorrect de l’ASM à mort par pendaison. Les dirigeants des associations de joueurs et les accusations de diffamation. Elle ne peut cependant pas jouer sur la plainte de 1968, après la réduction du;.

“Actes honorables” (1967-1989)[[[[ | ]

En 1962 Charles Rappan qui divise le football suisse “Si nous ne réformons pas la fleur de notre football – et rapidement – pour gagner le match, de temps en temps avec chance, mais nous n’avons pas le niveau international, à long terme”.

Rappan pour prouver à ce qui précède qu’il y a la ligne droite. Pour expliquer les causes de En fait, beaucoup de pays que la Suisse va de l’avant, qui était plus loin de la fleur de. Le temps est en vigueur, a lieu dans le Suisse qui est enfermé, et dans la course, ” »Le football se développe le long des frontières linguistiques. Aliquam eget felis, sa formation basée sur la défense et que pour eux il s’agit d’attaque technique de plus en plus avancée, et encore moins de raison Morbi tristique Aenean malesuada très court au contraire,. Entre 1967 et 1989, les entraîneurs et huit autres réussissent sans obtenir la qualification pour la Coupe du Monde ou le Championnat d’Europe.

et expression “Défaite honorable” Le plus souvent utilisé pour décrire les résultats de l’équipe nationale dans les années 1970. a perdu autant de matchs, pour la plupart avec la fin d’une différence. C’est bien plus qu’une célébration de victoires, de tirages, qui est célébrée en équipe. De plus, dans l’équipe nationale est: pour la plus grande partie des joueurs jusqu’à présent il y a peu de temps;. Dès le premier a lieu avec la récupération de l’entraîneur. C’est un homme dans le bien de la Fédération suisse des matches amicaux en cas, par exemple, de la victoire de l’équipe à emporter d’Italie, avec récemment couronné champion du monde, avec le score de 1-0. Cependant, une telle action décisive est rare en match. Graduellement professionnalisé dans les années 1970 que le ballon suisse,Mais le fait qu’aucun problème pour résoudre la base de l’équipe nationale. A la fin des années 80, quand l’aliquip de l’équipe est resté sans effet, l’ASM a engagé les réformes tant attendues de l’organisation de la formation des jeunes et de l’association.

Des hauts et des bas (1989-2001)[[[[ | ]

1989. L’ASF engage un entraîneur en allemand Cet effet remarquable s’obtient dès le départ, victoire 1-0 contre lui le 21 juin 1989. Match amical historique suisse disputé à Rome le 19 décembre 1990 (défaite 4-0) parce que la première réunion de l’Allemagne réunifiée. Il se qualifie Et je n’en ai pas encore il faut absolument que seulement huit équipes.

John Hodgson, en partie de 1995 à 1992

Anglais embauché en 1992, les travaux de reconstruction se poursuivent Uli Stielike a commencé. ASM la moitié de 1993, la banque investit de l’argent dans la formation et les normes contractuelles. Un groupe de Suisses, après les chars, parce qu’ils conviennent et, ayant accompli le fait que la deuxième et la troisième place, il est apparu en août 1993 en Italie,. La paire est tout simplement l’ultime, une victoire 4-0, un joueur devant le fédéral rapporte deux millions de téléspectateurs.. La Suisse est la première fois en vingt-huit ans, qui a participé à la finale de la Coupe du monde. Les Suisses jouent dans le match d’ouverture contre le pays hôte dans le stade couvert pour les milliers de spectateurs suisses. La Suisse ouvre il y a un signe dans un coup franc 39de un instant, mais ici, j’ai vu que quelqu’un était hostile, puis après qu’il soit abattu et que la puissance passe à travers l’impluvium. C’est un score de match limité 1-1. Principalement grâce à deux buts de ce Suisse qui battra un score de 4-1, et ainsi il l’a obtenu lors de sa première victoire en Coupe du monde en 1954, et le reste qualifié par la défaite du tournoi malgré (0-2). Le “Nati” affronte 8 finales. Interdire le gardien de but parvient à marquer dans les trois est proposé, par l’un des Suisses et des Espagnols à cause de toute la douleur des coups de l’expulsion de la mort sur le coup. La Suisse est donc éliminée du score de 0-3;.

Et que le premier d’entre eux, parlant absolument au nom d’un groupe de Suisses, et qu’il a régné seize hôtes, les équipes. Il s’agit simplement du premier match joué le 6 août 1995 (Suède), arborant le drapeau du mot joueurs suisses Pour arrêter Chirac l’hymne national. Protestez ainsi l’annonce présidentielle française pour aider au maintien du statut d’Atoll dans le Pacifique Sud. L’interdiction des activités politiques dans le pays. ASM, avertissement de l’UEFA, qui n’est pas sanctionné par les joueurs en raison de leur activité avec les médias et le public est largement approuvé.

John Hodgson contracte la fin de l’arme. Les versions portugaises en partie depuis le début. Debout au Championnat d’Europe a suscité la controverse en annonçant qu’il l’a ou non et Adrian Knup, nous considérons les meilleurs joueurs de l’équipe depuis plusieurs années,;. La Suisse débute pour la première fois au Championnat d’Europe de l’histoire dont elle fait suite à un nul (1-1) contre le pays hôte. Cependant, après les deux conflits sont éliminés après le premier (0-2) et (0-1). Bientôt Sarah Jorge annonce sa démission.

Les «enfants» à la recherche d’équipes envisageaient tout simplement la grossesse. Mais le 31 août 1996 lors du premier match sur la calèche de l’Autriche, de la Suisse, du vent, perdu dans un score de 0-1. Puis perdu dans le futur vainqueur du groupe, 5-0 C’est la plus lourde défaite de l’équipe nationale depuis dix ans et sept. Et il conclut la quatrième des cinq équipes qui ne se sont pas qualifiées pour le Mondial. L’ancien journaliste et analyse les causes du joueur résulte donc en 1997; “Après l’ère Hodgson, démobilisation et tâtonnements de la part du mentor de leurs successeurs britanniques, ce qui a conduit à la perte et à la stabilité du pays et du football mondial”. Ces choses aussi à la récréation du 1994 d’un certain nombre de joueurs qui ont participé à la Coupe du Monde 1996 et au Championnat d’Europe. En décembre 1998 et «né» a atteint le rang de ses pires 83de carré.

Roulez-le légèrement drôle et frange en mars 1998. Le Suisse s’est qualifié. Il y a cependant, et le nombre de points sur une chose plutôt que vers un autre endroit du même groupe, une ligne droite, mais pour le pire, un record d’affrontements. L’ASM mènera à une période de qualification de l’Argentin . “Les enfants ont terminé quatrième du groupe arrière et la la se qualifie pour la dernière fois.

Kobi Kuhn, James avec colère (2001-2008)[[[[ | ]

L’équipe suisse avant un match amical le 15 novembre 2006

Grâce à un meilleur surnom, Kobi Kuhn a été embauché pour entraîner l’équipe nationale depuis 2001. Il était en août 1976, en 1962, un joueur, il a entraîné l’équipe nationale des moins de 21 ans. C’est difficile de commencer: Bonne finition, après les résultats de l’année. Kobi Kuhn, J. en avant, et lui-même poursuivi en intégrant les jeunes et provoque un changement de génération. Un groupe de Suisses, ayant accompli absolument, la bonté est montrée, dans les passages dans le fait que, surtout, nous laissant, pour vous, après tout. Elle n’est cependant pas passée à ceux-là pour la première fois. En tant que (0-0) et perdu (0-3) et (1-3). Le seul buteur suisse, le plus jeune buteur de l’histoire du Championnat d’Europe aura 18 ans. Quatre jours avant de battre le record établi par l’Anglais .

Après, la Suisse est un match de barrage pour la troisième sortie de la Coupe du monde 2002, à obtenir. Le Suisse a perdu le match aller 2-4 2-0 contre Istanbul. Ils sont si bien à l’extérieur. Après le coup de sifflet final d’un adversaire turc. Plusieurs Turcs, ainsi que les Suisses, coupables de violences, et la suspension du match turc pour emmener l’équipe à disputer trois matches de leur championnat d’Europe 2008 à huis clos. Dans le tour final du Monde, qui met fin à la première équipe suisse du groupe après un nul (0-0) en France, vice champion du monde du futur, et avec deux victoires (2-0) et (2-0). Il a été éliminé après que la séance ait perdu 3-0. La Suisse et le gardien de but n’ont pas concédé de but lors de l’entraînement de la première équipe en temps voulu pour la finale de la Coupe du monde. Le premier score est la séance de tirs au but.

La Suisse en Autriche, donc ordonne; Donc une fois l’équipe nationale qualifiée. Les “enfants” ont mal commencé le tournoi. Après la blessure du leader suisse de la première mi-temps, le Tchèque a marqué le seul but du match 71de HEURES. Le match se joue sous de fortes pluies en Turquie, ce qui rend les conditions de jeu difficiles. Un Turc ouvre un joueur marquant en Suisse 32de moment, mais les Turcs ont remporté le match a marqué deux buts à 57de et 92de moment. L’équipe suisse a déjà éliminé après deux matchs pour se qualifier pour le quart de finale visant à;. La troisième rencontre contre le won, a déjà qualifié la main-d’œuvre et Dido avec un score de 2-0. La première équipe suisse à la victoire et à la fin de la saison dernière avec une paire d’euros en tête de l’équipe nationale Kobi Kuhn, J..

Et l’ère Ottmar Hitzfeld (2008-2014)[[[[ | ]

Pour certains des Allemands, qui est remplacé par Kobi Kuhn, à la feuille de palmier et la. Après avoir mal démarré et ne pas faire match nul (2-2) contre Tel AvivLes Suisses perdent au court et avec un score par équipe de 1-2. Les résultats après mieux. Huit sortes en ayant peur, après le match, il appartient directement à l’équipe du groupe du monde fini aux Suisses, avec une partie de, il a envoyé la première fois au . La paire suisse a été frappée pour la première fois en finale. Cela ne bat pas, champion d’Europe en titre et futur champion du monde, avec un score de 1-0. Cependant, de la part; car par “Et il est né”, et je me fiche de marquer un but au compteur pour permettre à Israël de 52de moment. Il s’agit de la première victoire dans l’histoire suisse “Roja”, mais ce qui a été perdu en 2007 après 49 matchs. La Suisse ne confirme pas que cet événement est clair. Dans le troisième groupe, a été éliminé du tournoi après une défaite à la fin du premier tour (0-1) et un nul (0-0). Cependant, il a battu le record de temps de jeu en finale de Coupe du monde sans encaisser de but, le match entre les 559 minutes du match en Espagne en 1994 et en Argentine en 2010.

La Suisse ne se qualifie pas. Et il a été éliminé lors du dernier match, défaite 0-2 de . Il conclut plus tard qu’en Angleterre . Le 26 mai 2012 lors d’un match amical en Allemagne et en Suisse battu au cours des 56 premières années. 5-3 tir de 60 coups en particulier avec un coup du chapeau. Un autre match amical en août 2013, l’équipe suisse 1-0 bat le Brésil.

Après huit matchs sans défaite, la Suisse obtient la qualification pour battre au Brésil le 14 octobre 2013. Alors bat au bout de quatre jours. Le plus haut en général, “né avec 24 points (trois nuls et sept victoires), avec 17 points au deuxième. Grâce à ces résultats, la Suisse d’octobre 2013 jusqu’au septième rang des têtes de série du tirage au sort pour le First World. Et il joue le premier match du tournoi en Equateur. Mené 1-0 à la mi-temps, et égalise 48de et un but gagnant avec une minute (2-1) de 93de HEURES . À l’occasion actuelle, en France a perdu sa foi. Après la blessure, à cause du coup au pied, qui avait permis de réduire l’écart en marquant deux buts pour cinq buts consécutifs en fin de match. Puis a battu le Honduras 3-0 avec trois buts, dont deux . Selon ce qui a été tourné en huitième de finale. La Suisse est dominée par de grandes chances de marquer, mais les avantages. C’est le but derrière éliminé 118de un moment, dans un seul de la congrégation,.

Petković Golden Generation (depuis 2014)[[[[ | ]

Il a entraîné avec beaucoup de difficulté, et succédera à Ottmar Hitzfeld comme entraîneur du “né après la Coupe du monde 2014. Entraîneur adjoint depuis 2001, doit être remplacé. L’équipe suisse de la campagne Euro 2016 commence et gagne deux . Et absolument confirmé après avoir obtenu un euro 2016 en séries éliminatoires avant la fin de l’écrasement 7-0 Saint-Marin, qui est un endroit sûr pour la deuxième fois . Cela, l’Euro, dès que les 24 équipes se réunissent, se déroule en France. La Suisse débute à la fin de la période au cours de laquelle joue le premier match de l’histoire de l’euro. En Afrique, devrait se conformer précisément en raison de la Suisse Suisse huit joueurs course quatre des joueurs depuis le début arabe. Ainsi, contrairement aux frères,. Au cours de cette victoire, a marqué un but sur une tête 5de HEURES. Après le tirage au sort (1-1) pour la première fois depuis l’euro quelle heure du tirage au sort en obtenant (0-0) contre le futur tournoi du pays finaliste des Franks. En deuxième place a été transformé en huitième Enfin, deuxième et termine . Les Polonais dominent la première moitié et ouvrent le front doux 39de Dans un instant avant d’égaliser 82de et performant. C’est un but marqué en prolongation qui gagne le match aux tirs au but, la Pologne, ayant raté son tir.

Lors de tout gaz en Russie, le “né dix victoires et neuf matchs, mais la deuxième fois après avoir terminé le même nombre de points, ce qui est une meilleure différence de buts. Il devrait donc jouer, jouer, par lequel les inconvénients d’avoir la perspective vers la voie du. La Suisse remporte le match Aller sur le score de 1-0 grâce à un penalty marque match puis se qualifier pour la phase finale en obtenant un match mil (0-0) lors du match retour. Elle y affronte le le le dans la et . Nuls deux contre le Brésil et le Costa Rica et obtenu une victoire sur le fil face à la Serbie lui permettent de prendre la deuxième place du groupe et l’autre qualificatif. Mais comme en 2006 en 2014, en elle trébuches HUITIÈME, encore une fois sur la plus petite des marges, une face à la défaite 1-0.

Pendant la, la première édition de cette compétition, Suisse affronter la dans le groupe de la 2. Elle se navy se qualifier pour la première du groupe et, notamment grâce à une victoire contre les Belges sur le score de 5-2 lors du dernier match. En juin 2019, l’équipe du Tournoi de Suisse elle-même navy finalement quatrième après deux défaites, contre le en demi-finale (3-1) et contre les lors de la petite finale (0-0 5-6 puis aux an Tirs mais).

En novembre 2019, la Suisse a obtenu une qualification pour l’lors du dernier match contre (1-6) détermine ainsi à la première place du fils devant le aussi qualifié directement, et L ‘, qui doit passer par les. Petković devient alors le premier de l’histoire sélectionneur un qualificatif trois fois de la suite pour un grand décès à Tournoi.

Depuis le premier match de l’équipe de Suisse en 1905, les ont peu de jeu petite monnaie. Pour les matches a domicile, le maillot mince contient un rouge, blanc et donne une courte chaussettes rouges et pour les matches a l’extérieur, elle est composée d’un maillot blanc, rouge et donne une courte chaussettes blanches. L’équipe nationale jouait parfois tout en rouge ou tout en blanc. La Croix Suisse, Symbol paie un bien visible sur les joueurs maillots jusqu’en 1992. Elle est ensuite remplacée par le logo de la Suisse de Football Association, qui contient également une croix Suisse. 2006, la Suisse a joué un match contre une Autriche avec une fine dorée. Les maillots la croix suisse de l’Euro 2008 plus qu’autrement à contenir, ce qui agace certains anciens joueurs, et politiciens. Elle est à nouveau bien visible à partir de 2010.

Après avoir été notamment par l’équipementier allemand habillée puis par italicn L’Equipe Suisse est sous contrat avec depuis 1998.

L’emblème de l ‘, qui apparait sur maillots en Compagnie du drapeau national, est composé de acronymes en français (ASF) et en allemand (SFV POUR schweizerischer Fussballverband) Qui forme ainsi que l’un croix d’un homme au pied Ball.

L’equipe surnommée la Suisse est “née” de l’abréviation Nationalmannschaft Il signifle “équipe nationale” en Aleman. Il s’agit du surnom officiel de l’équipe pour la FIFA mais il n’est pas utilisé par l’Association Suisse de Football.

joueurs[[[[ | ]

Provenance des joueurs[[[[ | ]

Jufqu’aux annecs 1990, la plupart des internationaux jouant dans le. Cependant, l’équipe nationale compte des évaluer ses débuts des joueurs à l’étranger. Internationaux en plusieurs siècle joue première division ilalienne dans les années 1900 et 1910, par exemple à la au . D’autres jouent France, comme au ou au . Les joueurs Suisse de la Coupe du monde de jouer dans le Championnat Local 1934, mais deux joueurs de la Coupe du monde de 1938 viennent d’un club Stranger, tous deux en France () et (Le Havre AC). Tous sélectionnés pour les joueurs Coupe du Monde de 1950, 1954 et 1966 évoluée en Suisse, alors que trois des participants à la Coupe du monde de 1962 jouent dans d’autres Championnats européensens.

Sélectionnés quatre des joueurs pour la Coupe du monde de 1994 joue en Allemagne. Suisse amélioré système de formation dans les années 1990, ce qui permet d’améliorer le niveau des joueurs. Le nombre d’évaluations internationales dans les Championnats etrangers a augmenté aussi rapidement au début du 21de siecle. Ils sont douze a Euro 2004 puis entre quinzè et dix-huit par la suite. La “Born” joué son premier match sans titulaire provenant du Championnat local en 2006. En 2013, le cinquieme Suisse occupé rang des Pays de joueurs Exportateurs vers les cinq grands Championnats europeens avec quarante-et-un joueurs en Allemagne et en évaluer prin- Italie;.

joueurs importants[[[[ | ]

Le Vaudois, ne en 1890, est le premier choix de l’équipe recordman Suisse. Sélectionné dès l’age de 19 ans en équipe nationale il a atteint 18 sélections en 1920. Il est notamment avec le champion de Suisse à Montriond Lausanne (Future). A 20 ans, (1902-1970) marque trois mais lors d’une victoire sur le score de 5-0 contre les Pays-Bas. C’est ensuite l’un des meilleurs joueurs siècle lors du Tournoi Olympique de la Médaille d’argent ou son équipe remporte. Record national de 34 buts marqués sous le maillot fils, barreau et battu qu’en 2008 ne correspondent pas. Son frère, auteur de 29 buts, est également l’un des meilleurs buteurs de l’équipe Suisse.

Le zurichois (1909-1994) détient pendant de nombreuses années avec le record du nombre de sélection en équipe 80 Matchs Suisse entre 1930 et 1943. Meilleur défenseur Suisse des années 1930, ce réputé pour homme avec sa rudesse le Sacré six fois champion de Suisse le . Le Tessinois (1912-1971) marque 21 mais en 54 Matchs entre 1935 et 1948, trois demandes de relativisation plus agiles, etc. L’avant-centre connu comme le de la specialiste . (1918-1999) a été sélectionné 71 fois en équipe nationale entre 1936 et 1954. jouai au poste d’ailit, il s’écartera également du partagé notamment aux Coupe du Monde de Suisse champion à sept ans avec le 21 reprises en Grasshopper Club Zurich.

, Homme avec le Suisse de l’équipe avec plus de 118 sélections.

Le neuchâtelois (1929-2000) 22 buts en compte 56 matches entre 1948 et 1962. Il est le premier homme Suisse, avec à participer à trois Coupe du Monde (et). Auteur d’un double des sa première sélection, il marque notamment lors d’un match amical d’un triple contre la France en 1953. (1925-2011), Aili flow Franco-Suisse, marque deux buts contre le Brésil lors de la Coupe du monde de 1950 se termine sur le score de match 2-2. Auteur de 29 buts en 53 sélections, il reste un des meilleurs buteurs Suisse de l’équipe. Le Bâlois (1930-1995) est également l’un des meilleurs mais buteurs avec 23 en 34 matchs. Trois fois meilleur buteur du Championnat suisse avec le , il réalise la meilleure performance de sa carrière en 1960 en marquant cinq buts lors d’une victoire contre la France sur le score de 6-2. Il est également l’auteur d’un triplé lors du quart de finale Suisse-Autriche à la Coupe du monde de 1954. , futur entraîneur de l’équipe suisse, est réputé pour ses dribbles. Comptant 63 sélections en équipe nationale, il est six fois champion de Suisse et deux fois demi-finaliste de la avec le .

Le Zurichois , né en 1958, est le joueur le plus capé de la « Nati » avec 118 sélections entre 1978 et 1991. Réputé pour sa souplesse et ses accélérations, il est quatre fois champion de Suisse avec le Grasshopper Club Zurich,. le suit de peu puisqu’il compte 112 matchs internationaux entre 1980 et 1996. Défenseur central sélectionné dès l’âge de 20 ans, il prend part à la puis arrête sa carrière après l’. Le Vaudois , né en 1969, est le troisième joueur à dépasser cent sélections : il joue 103 matchs internationaux entre 1989 et 2004, pour un total de 21 buts. Deux fois champion d’Allemagne avec le , Chapuisat est à ce jour le seul Suisse à avoir remporté la en jouant la finale. Participant à la Coupe du monde de 1994 et à l’Euro 1996, il arrête sa carrière internationale après l’. , attaquant d’origine turque né en 1967, est le premier à égaler Max Abegglen au nombre de buts : il marque 34 fois en 62 sélections entre 1988 et 2001. Il dispute l’Euro 1996, où il marque contre l’Angleterre lors du match d’ouverture (1-1).

, né en 1979, est actuellement le meilleur buteur de l’équipe suisse avec 42 buts en 84 sélections entre 2001 et 2011. Il participe à quatre grands tournois consécutifs : l’Euro 2004, la , l’ et la . Il est notamment quatre fois champion de Suisse avec le FC Bâle de 2010 à 2013. Plusieurs de ses coéquipiers en équipe de Suisse dépassent également 80 sélections : (94), milieu défensif notamment trois fois champion de Suisse avec le Grasshopper Club Zurich et quatre fois champion des Pays-Bas avec le , (87), premier Suisse à marquer plus d’une fois dans un Euro avec ses deux buts en 2008, et (81), défenseur six fois champion de France avec l’.

, milieu offensif d’origine kosovare né en 1991, compte 22 buts en 82 sélections depuis 2010. Petit (1,69 m) mais puissant, il est considéré comme l’un des meilleurs joueurs suisses actuels,. En 2014, il marque le premier triplé suisse en Coupe du monde depuis 1954 lors du match contre le Honduras. Shaqiri joue à , après avoir remporté plusieurs titres avec le et le .

Une équipe multiculturelle[[[[ | ]

La Suisse compte un grand nombre d’immigrés, notamment venus des à la suite des . Plusieurs de leurs enfants (appelés segundos), qui ont grandi en Suisse, jouent en équipe nationale. Le nombre de joueurs d’origine étrangère est ainsi passé de huit à la Coupe du monde de 2006 à quinze à celle de 2014. La « Nati » compte des joueurs d’origines (par exemple , et ), macédonienne ( et ), croate () ou bosnienne (), italienne ( et ), turque (, et ), espagnole (, également serbe et également chilien), ivoirienne () ou capverdienne (),,,,,. Selon une infographie de James Offer analysant les liens des joueurs avec les autres pays (naissance, parents ou grands-parents), l’équipe de Suisse est la plus multiculturelle de la Coupe du monde de 2014. Pour le sociologue Fabien Ohl, le grand nombre de segundos en équipe nationale est lié aux spécificités de la Suisse. Il explique ainsi que « Dans beaucoup d’autres pays, le football est le sport phare par excellence. En Suisse, il est en concurrence avec le hockey sur glace, le ski alpin et le tennis. Ces sports coûtent plus cher et ont un ancrage identitaire fort auprès des Suisses. Ils ne sont donc pas faciles d’accès pour les immigrés, qui se reportent plus facilement vers le football ».

Équipe actuelle[[[[ | ]

Voici la liste des joueurs sélectionnés pour les du 15 au 18 novembre 2019.

Effectif de l’équipe de Suisse
Joueurs Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
I G Sommer, Yann 11 497 17/12/1988 (31 ans) 53 0 2011
12 G Mvogo, Yvon 9 500 6/6/1994 (26 ans) 2 0 2014
21 G Omlin, Jonas 9 647 10/1/1994 (26 ans) 0 0 2018
2 D Lichtsteiner, Stephan 13 294 16/1/1984 (36 ans) 108 8 2005
3 D Moubandje, François 10 946 21/6/1990 (29 ans) 21 0 2014
4 D Elvedi, Nico 8 653 30/9/1996 (23 ans) 17 I 2016
5 D Akanji, Manuel 9 092 19/7/1995 (24 ans) 22 0 2017
6 D Lang, Michael 10 714 8/2/1991 (29 ans) 31 3 2013
13 D Rodríguez, Ricardo 10 150 25/8/1992 (27 ans) 71 8 2011
14 D Cömert, Eray 8 161 4/2/1998 (22 ans) I 0 2019
22 D Mbabu, Kevin 9 183 19/4/1995 (25 ans) 8 0 2018
23 D Benito, Loris 10 381 7/1/1992 (28 ans) 5 I 2014
8 M Aebischer, Michel 8 555 6/1/1997 (23 ans) I 0 2019
10 M Xhaka, Granit 10 117 27/9/1992 (27 ans) 82 12 2011
11 M Steffen, Renato 10 446 3/11/1991 (28 ans) 10 0 2015
15 M Sow, Djibril 8 488 14/3/1997 (23 ans) 6 0 2017
16 M Fassnacht, Christian 9 707 11/11/1993 (26 ans) 5 I 2018
17 M Zakaria, Denis 8 602 20/11/1996 (23 ans) 28 3 2016
18 M Vargas, Ruben 7 979 5/8/1998 (21 ans) 3 I 2019
20 M Fernandes, Edimilson 8 821 15/4/1996 (24 ans) 14 0 2016
7 De Ajeti, Albian 8 508 22/2/1997 (23 ans) 10 I 2018
19 De Itten, Cedric 8 565 27/12/1996 (23 ans) 2 3 2019
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Oliver Riedwyl
Entraîneur(s) des gardiens

Légende

Appelés récemment[[[[ | ]

Les joueurs suivants ne font pas partie du dernier groupe appelé mais ont été retenus en équipe nationale lors des 12 derniers mois.

Effectif de l’équipe de Suisse
Joueurs Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis Dernière sél. Adversaire
999 De Seferović, Haris 10 335 22/2/1992 (28 ans) 64 18 2013 15 novembre 2019
999 D Schär, Fabian 10 407 12/12/1991 (28 ans) 54 8 2013 15 octobre 2019
999 M Freuler, Remo 10 282 15/4/1992 (28 ans) 21 I 2016 15 octobre 2019
999 De Embolo, Breel 8 516 14/2/1997 (23 ans) 36 4 2015 15 octobre 2019
999 De Gavranović, Mario 11 155 24/11/1989 (30 ans) 22 7 2011 15 octobre 2019
999 De Mehmedi, Admir 10 678 16/3/1991 (29 ans) 65 9 2011 15 octobre 2019
999 De Drmić, Josip 10 167 8/8/1992 (27 ans) 35 10 2012 15 octobre 2019
999 D Widmer, Silvan 9 958 5/3/1993 (27 ans) 9 0 2014 8 septembre 2019
999 M Okafor, Noah 7 321 24/5/2000 (20 ans) I 0 2019 9 juin 2019
999 M Zuber, Steven 10 524 17/8/1991 (28 ans) 25 6 2013 9 juin 2019
999 M Shaqiri, Xherdan 10 470 10/10/1991 (28 ans) 82 22 2010 9 juin 2019
Sélectionneur

Légende

Sélectionneurs[[[[ | ]

Vladimir Petković, entraîneur de la Suisse depuis 2014.

Une quarantaine de techniciens ont exercé la fonction de sélectionneur de l’équipe nationale depuis . L’Autrichien , entraîneur lors de 77 matchs entre 1937 et 1963, détient le record de longévité.

Le Genevois est le sélectionneur de l’équipe suisse lors des premiers matchs, entre 1908 et 1909. Également journaliste et dirigeant, c’est lui qui a eu l’idée d’un championnat national en 1897. La commission des arbitres puis la commission technique de l’ASF gèrent ensuite l’équipe jusqu’en 1937. Des entraîneurs sont engagés pour les tournois importants : les Britanniques et ainsi que le Hongrois pour les et le Suisse pour la .

L’Autrichien , engagé en 1937, marque l’histoire du football suisse. Il accompagne l’équipe suisse lors de 77 rencontres jusqu’en 1963 lors de quatre périodes différentes (1937-1938, 1942-1949, 1953-1954, 1960-1963). Controversé à cause de son appartenance au , il met en place un système défensif connu sous le nom de « verrou suisse ». Ce système, mélange entre la et la , permet aux Suisses de rivaliser avec des équipes plus cotées. Rappan développe ensuite le en ajoutant le poste de . Il qualifie la Suisse pour plusieurs Coupes du monde pendant ses mandats.

L’Italien emmène l’équipe suisse à la . Ensuite, entre 1967 et 1991, neuf entraîneurs se succèdent sans obtenir une qualification pour la Coupe du monde ou le Championnat d’Europe. et ses « loups », comme sont surnommés, ont toutefois quelques résultats encourageants entre 1981 et 1985 et l’Allemand , sélectionneur de l’équipe suisse de 1989 à 1991, obtient dès ses débuts une victoire contre le Brésil.

L’Anglais , engagé en 1992, réussit à qualifier la « Nati » pour son premier grand tournoi depuis 28 ans. Son équipe atteint les huitièmes de finale de la . Il la qualifie également pour l’. Il signe cependant un contrat avec l’ en 1995 et c’est le Portugais qui accompagne l’équipe lors de la phase finale. Le Franco-Suisse manque, lui, de peu la qualification pour l’ et l’Argentin ne parvient pas à qualifier l’équipe pour la .

En 2001, l’ASF engage , entraîneur de l’équipe suisse espoirs depuis 1995. Avec 73 matchs à la tête de la « Nati » jusqu’en 2008, il a le mandat le plus long depuis Karl Rappan. Kuhn atteint la phase finale de l’ et de la puis quitte son poste après l’ joué à domicile. Il est remplacé par , qui a remporté deux fois la en tant qu’entraîneur (avec le et le ). Hitzfeld mène la « Nati » à la puis manque la qualification pour l’. Il qualifie l’équipe pour la Coupe du monde en .

, notamment entraîneur de la de 2012 à 2014, remplace Hitzfeld après cette Coupe du monde. En décembre 2013, il signe un contrat valable jusqu’à fin 2015. Après ses bons résultats et la qualification pour l’, l’ décide de prolonger son contrat jusqu’en 2017. Grâce à son bon parcours dans les , il est à nouveau reconduit, pour deux ans, puis à nouveau de deux saisons, le 25 février 2020, soit jusqu’au terme des . Dans les faits, le contrat porte jusqu’au 31 décembre 2022, mais sera cassé si l’équipe ne se qualifie pas pour la compétition, soit dans la phase de groupe ou, ensuite, en .

Équipe technique actuelle[[[[ | ]

Le tableau suivant présente l’équipe technique actuelle de l’équipe nationale,.

Localisation des villes ayant accueilli au moins dix matchs de l’équipe nationale.

La sélection suisse dispute sa première rencontre officielle à domicile le aux , à , face à la . Elle évolue ensuite principalement au , à , au , à et au , à , dès 1926, ainsi qu’au , à , dès 1923. Ces cinq stades, situés dans les cinq plus grandes villes du pays, sont les plus utilisés pendant tout le XXde siècle. Ce sont les sites de la avec le de .

Plusieurs nouveaux stades sont construits dans les années 2000. Le , situé à Bâle et plus grand stade du pays avec une capacité de plus de 38 000 places, est le principal stade de la « Nati » depuis sa construction en 2001. L’équipe nationale joue régulièrement au , construit en 2003, et au construit à en 2005. Ces trois stades ainsi que le à accueillent le . La « Nati » utilise aussi le de depuis 2008 et la de depuis 2012.

Pendant son histoire, l’équipe suisse a disputé au moins un match dans sept autres villes : , , , , , et .

L’équipe suisse effectue la plupart de ses camps d’entraînement à , dans le .

Parcours en Coupe du monde[[[[ | ]

L’équipe de Suisse ne participe pas à la en Uruguay en 1930 pour des raisons de coûts. Elle dispute son premier match de qualification le 24 septembre 1933 contre la et prend part à sa première phase finale en . La « Nati » participe à dix autres Coupes du monde jusqu’en 2018, dont une à domicile en . Elle atteint les quarts de finale en , et 1954.

Les buteurs suisses en Coupe du monde[[[[ | ]

Parcours en Championnat d’Europe[[[[ | ]

Rencontre au entre la Suisse (rouge) et l’Albanie (blanc) pour la qualification à l’Euro 2004.

L’équipe de Suisse joue son premier match de qualification pour le Championnat d’Europe le 11 novembre 1962 contre les . Elle se qualifie pour la phase finale lors de l’, puis à nouveau en . La « Nati » prend part à son troisième Championnat d’Europe en , cette fois en tant que nation co-organisatrice avec l’Autriche. Elle échoue à chaque fois au premier tour. En France en , elle atteint le second tour du tournoi pour la première fois, et sort invaincue en (comme dix ans plus tôt lors du mondial), éliminée par la aux tirs au but.

Les buteurs suisses en phase finale du Championnat d’Europe[[[[ | ]

Parcours en Ligue des nations de l’UEFA[[[[ | ]

L’équipe nationale participe à la première édition de la en , où, grâce à son bon , elle figure en .

Édition Ligue Phase de groupes Phase finale
Class. M 5 N D bp bc Pays hôte Résultat M 5 N D bp bc
Ire/3 4 3 0 I 14 5 4de 2 0 I I I 3
/4 0 0 0 0 0 0 À venir
Total 4 3 0 I 14 5 1/1 2 0 I I I 3

Les buteurs suisses en Ligue des nations de l’UEFA[[[[ | ]

Parcours aux Jeux olympiques[[[[ | ]

L’équipe de Suisse participe à deux éditions des Jeux olympiques, son meilleur résultat étant une médaille d’argent obtenue en 1924 (finale perdue contre l’). En 2012, l’équipe A ne participe pas aux Jeux olympiques : ce sont les moins de 23 ans et trois joueurs plus âgés qui composent l’.

Parcours aux Jeux olympiques
Tournoi olympique
Lieu et année Résultat Class. J G N P bp bc
2de 6 4 I I 15 6
Premier tour I 0 0 I 0 4
Total 2 7 4 I 2 15 10

Les buteurs suisses aux Jeux olympiques[[[[ | ]

De février 1905 à novembre 2019, l’équipe suisse a joué 805 matchs pour un bilan de 282 victoires, 176 matchs nuls et 347 défaites. Elle a marqué 1 178 buts et en a encaissé 1 362. Au total, elle a rencontré 87 nations différentes,.

Marques importantes[[[[ | ]

Les tableaux suivants récapitulent les marques importantes atteintes par la « Nati » au fil de ses rencontres internationales.



Nations rencontrées[[[[ | ]

La sélection suisse a eu l’occasion de rencontrer de nombreuses nations à travers le monde. Elle affronte sa première équipe non-européenne en 1924, lors de la finale des jouée contre l’. L’équipe suisse se déplace pour la première fois sur un autre continent en à l’occasion de la au Brésil, où elle affronte la , le et le . Elle joue contre le , sa première équipe africaine, en . La « Nati » rencontre enfin une équipe de la , les , en , et une équipe océanienne, l’, en . Cette dernière fait cependant partie de la Confédération asiatique depuis  ; l’équipe suisse n’a donc jamais affronté une équipe de la .

Carte des équipes rencontrées par la Suisse.
Nombre de matchs disputés contre l’équipe de Suisse de football :

  • De 1 à 4 matchs
  • De 5 à 9 matchs
  • De 10 à 19 matchs
  • De 20 à 34 matchs
  • De 35 à 50 matchs
  • Plus de 50 matchs
La carte mondiale des six confédérations de la

Sur les 805 matchs joués face à 87 nations différentes, cinq équipes, toutes européennes, ont disparu : l’, la , la , l’ et la .

Adversaires les plus fréquents[[[[ | ]

L’équipe de Suisse a joué au moins 20 matchs contre 12 équipes et au moins 10 contre 23 nations, toutes européennes. Le pays n’appartenant pas à l’UEFA que les Helvètes ont rencontré le plus est le , avec neuf confrontations entre les deux formations. La Suisse a un bilan positif contre un seul de ces 12 pays, le , et un bilan neutre contre la et les .

L’adversaire le plus fréquent de la Suisse est l’, affrontée à 58 reprises depuis 1911. Les deux pays se sont principalement rencontrés lors des phases de qualification pour la Coupe du monde ou l’Euro, à la et en match amical. La Suisse a éliminé l’Italie en quarts de finale des . Les deux pays se sont également affrontés en phase de groupes des Coupes du monde de (deux victoires de la Suisse) et (victoire de l’Italie).

L’équipe suisse a rencontré 51 fois l’, dont 46 fois pour un match amical. Les Allemands ont battu la « Nati » au premier tour des et des Coupes du mondes de 1962 et , mais les Suisses les ont éliminés lors des huitièmes de finale de la ,.

La Suisse a affronté 46 fois la et 42 fois l’, presque toujours lors de matchs amicaux ou à la . La seule rencontre Suisse-Autriche en Coupe du monde est le quart de finale historique remporté par l’Autriche sur le score de 7-5 en 1954, alors que la Hongrie a éliminé la Suisse en quart de finale de la Coupe du monde de 1938,.

La est le premier adversaire de la Suisse en . Les deux équipes se sont affrontées 38 fois, dont quatre fois en phase finale d’un tournoi majeur. La France a battu la Suisse au premier tour de l’ et de la , et les deux pays sont restés à égalité au premier tour de la et de l’.

Bilan de la Suisse face aux sélections affrontées au moins dix fois
Adversaire Joués Victoires Matchs nuls Défaites Buts pour Buts contre % de victoires
58 8 22 28 67 107 13,8 %
,, 51 9 6 36 65 138 17,6 %
46 11 5 30 66 131 23,9 %
42 12 5 25 24 58 28,6 %
38 12 10 16 60 67 31,6 %
33 15 3 15 61 68 45,5 %
, 30 3 6 21 22 80 10,0 %
29 11 7 11 42 47 37,9 %
29 9 6 14 44 55 31,0 %
27 7 6 14 38 58 25,9 %
23 10 5 8 33 30 43,5 %
20 I 4 15 17 46 5,0 %
19 6 5 8 20 26 31,6 %
18 6 4 8 13 19 33,3 %
16 5 3 8 24 26 31,3 %
15 4 3 8 20 21 26,7 %
14 8 4 2 18 11 57,1 %
13 5 3 5 20 14 38,5 %
13 2 5 6 16 29 15,4 %
12 10 I I 30 9 83,3 %
12 2 6 4 14 17 16,7 %
11 I 6 4 12 21 9,1 %
10 4 4 2 15 12 40,0 %

  • Équipes défuntes
  • Classement FIFA[[[[ | ]

    Après avoir obtenu huit victoires en dix matchs officiels depuis mai , la Suisse est classée au troisième rang du premier en août . C’est le meilleur rang de son histoire à ce jour. Elle descend ensuite progressivement du neuvième rang en octobre au 83de rang en décembre , ce qui est son classement le plus bas jusqu’à maintenant. La « Nati » atteint le sixième rang en février , son meilleur résultat depuis , après n’avoir perdu aucun match pendant les qualifications pour la .

    Classement FIFA de l’équipe de Suisse
    Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
    Classement mondial 12 7 18 47 62 83 47 58 63 44 44 51 35 17 44 24 18 22
    Classement européen 10 6 14 23 29 35 30 30 31 23 24 25 18 13 26 16 11 14
    Année 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
    Classement mondial 17 12 8 12 12 11 8 8 12 12
    Classement européen 12 10 5 8 6 6 6 6 7 7

    Légende du classement mondial :

  • de 1 à 25
  • de 26 à 50
  • de 51 à 211
  • Légende du classement européen :

  • de 1 à 15
  • de 16 à 30
  • de 31 à 55
  • Records[[[[ | ]

    L’équipe suisse a obtenu la victoire la plus large de son histoire le 25 mai 1924 en battant la sur le score de 9-0 au premier tour des . Deux matchs amicaux joués le 20 mai 1909 contre l’ et le 29 octobre 1911 contre la , tous deux perdus sur le score de 0-9, restent les plus lourdes défaites de son histoire.

    La « Nati » a participé au record du plus grand nombre de buts marqués en un match de Coupe du monde. Il s’agit du quart de finale Autriche-Suisse en , perdu sur le score de 7-5. Lors de l’Euro 2004, est devenu le plus jeune buteur de l’histoire du Championnat d’Europe à l’âge de 18 ans. L’équipe suisse est entrée dans l’histoire de la Coupe du monde en 2006. Elle est devenue la première à ne pas y encaisser de but pendant le temps réglementaire, mais aussi la première à ne pas marquer lors d’une séance de tirs au but. Depuis 2010, la Suisse détient le record de temps de jeu sans encaisser de but en phase finale de Coupe du monde, avec 559 minutes entre le match contre l’Espagne en 1994 et le match contre le Chili en 2010.

    Lorsqu’elle bat la en , la « Nati » remporte une sixième rencontre consécutive, toutes compétitions confondues, pour la première fois de son histoire. Finalement, la Suisse remporte dix matchs d’affilée, série stoppée par le en octobre 2017. Une autre série qui prend fin avec cette défaite est celle du nombre de rencontres où la « Nati » sort invaincue d’un match de qualification pour une Coupe du monde. Elle restera ainsi à 27. La dernière défaite remontait en effet au camouflet face au neuf ans plus tôt (1-2 le 10 septembre ).

    Bâton de Nasazzi[[[[ | ]

    Le est un trophée virtuel, transmis d’équipe nationale à équipe nationale depuis la victoire uruguayenne lors de la organisée en Uruguay, en . Il tire son nom du capitaine de l’équipe vainqueur, . Il se conquiert en battant, dans un match officiel (amicaux compris) et dans le temps réglementaire (90 minutes), l’équipe qui le détient. Depuis sa création, le bâton de Nasazzi a été en possession de l’équipe de Suisse six fois, la première en et la dernière en . Au total, elle a gardé le bâton 853 jours, dont un record de 224 jours entre et .

    Championnat du monde non officiel[[[[ | ]

    Le est un mode de calcul particulier déterminant un champion du monde en titre officieux, parmi les . Il utilise un système similaire à celui pratiqué en , opposant ainsi un champion défendant son titre contre un challenger. Pour devenir champion en titre, il faut donc non seulement battre le champion en titre, mais également avoir été retenu comme équipe challenger. Depuis le début du calcul en , l’équipe de Suisse a remporté sept titres, le premier en et le dernier en . Au total, elle a disputé 33 matches pour le titre.

    Affluence au stade[[[[ | ]

    De 1908 à 2008, environ 6,8 millions de personnes ont assisté aux plus de 300 matchs que l’équipe suisse a joué à domicile. Cela représente une moyenne d’environ 20 000 spectateurs. Certains matchs ont été joués devant plus de 50 000 spectateurs dans les années 1950 à 1980.

    Les supporters suisses se déplacent en nombre à l’étranger. Le record a été établi lors de la Coupe du monde de 2006 : plus de 50 000 des 65 000 places du étaient occupées par des supporters helvétiques lors du match contre le . Si les matchs de qualification à l’étranger attirent parfois 5 000 Suisses dans les bonnes périodes, 15 000 d’entre eux se sont rendus à Paris pour un match France-Suisse en 2005. a déclaré en 2009 : « C’est spécial d’être en Lettonie ou au Luxembourg tout en ayant l’impression de jouer à domicile, ».

    Audiences télévisuelles[[[[ | ]

    Le premier match diffusé à la télévision date de 1954. C’est la , le groupe audiovisuel public, qui diffuse les rencontres de l’équipe nationale. L’audience des matchs importants dépasse parfois deux millions de téléspectateurs, soit le quart de la population.

    Le 17 novembre 1993, l’équipe suisse joue son dernier match des qualifications pour la Coupe du monde de 1994 contre l’Estonie. Le nombre cumulé de téléspectateurs sur les trois chaînes nationales atteint 2,1 millions (1,555 million sur , 476 000 sur et 69 000 sur ), ce qui constitue alors un record. Le match Suisse-Colombie de la Coupe du monde de 1994 attire 512 000 téléspectateurs sur la TSR. À ce moment-là, c’est la deuxième audience de l’histoire de la chaîne derrière le téléjournal du 6 décembre 1992, jour du référendum sur l’adhésion à l’. 1,544 million de personnes regardent Suisse-Colombie sur DRS, la part de marché atteignant 84 %.

    En 2006, le huitième de finale de la Coupe du monde entre la Suisse et l’Ukraine draine un total de 2,3 millions de téléspectateurs (1,733 million sur , 498 800 sur et 97 600 sur ). Sur SRF, c’est la cinquième audience depuis le début des mesures en 1985 et la deuxième audience pour une retransmission sportive derrière la descente masculine des . Pendant l’Euro 2008, 1,652 million de personnes regardent la rencontre Suisse-Turquie sur SF zwei (septième audience depuis 1985, troisième audience pour une retransmission sportive) et 412 000 personnes sur TSR 2. Le match Suisse-Honduras de la Coupe du monde 2010 est suivi par 1,286 million de personnes sur SF Zwei et 381 000 personnes sur TSR2. Pendant la Coupe du monde de 2014, le huitième de finale Suisse-Argentine attire 1,5 million de téléspectateurs sur (74,2 % de parts de marché), 500 000 téléspectateurs sur (78,2 % de part de marché) et 102 800 téléspectateurs sur pour un total de 2,1 millions de personnes. À la fin du match, SRF zwei et RTS Deux atteignent un pic à 1,8 million et 678 000 personnes respectivement,.

    Notes[[[[ | ]

    1. Les changements ne sont pas autorisés en 1954.
    2. La période correspond aux dates des premier et dernier matchs dirigés.
    3. Mis à jour en janvier 2015.
    4. et Les matchs contre l’Allemagne et l’Allemagne de l’Ouest sont cumulés.
    5. et Les matchs contre l’Angleterre et son équipe sont cumulés.
    6. Carte à jour après le match Suisse-Lituanie du 15 novembre 2014. Les matchs contre l’Allemagne et l’Allemagne de l’Ouest sont cumulés.

    Références[[[[ | ]

    1. « Classement mondial », sur , (consulté le 28 novembre 2019).
    2. et « Football » dans le en ligne, version du . consulté le 22 mars 2014.
    3. , p. 25–26
    4. , p. 25–29
    5. , p. 29–30
    6. , p. 33–34
    7. , p. 35–36
    8. , p. 36–38
    9. (en) Macario Reyes, « International Cup », sur rsssf.com, , (consulté le 29 janvier 2015).
    10. et , p. 40
    11. , p. 41–43
    12. , p. 44–50
    13. et , p. 119–121
    14. , p. 63–66
    15. Eric Maggiori, « RIP le catenaccio italien », , (consulté le 5 avril 2014)
    16. F., « L’équipe de Suisse en grande forme a battu celle d’Allemagne par 4 buts à 2 », ,‎ , p. 6 ((lire en ligne)
    17. , p. 70–73
    18. , p. 79
    19. , p. 81–83
    20. , p. 105–106
    21. , p. 142-143
    22. (de) Werner Skrentny et Dietrich Schulze-Marmeling, Nachkriegspremiere: Eine Bresche in die Mauer, Göttingen, Die Werkstatt, coll. « Die Geschichte der Fußball-Nationalmannschaft », , 130 p. ( )
    23. , p. 102–104
    24. , p. 111–118
    25. et (de) « WM 54: „Hitzeschlacht von Lausanne“ – Rekorde für die Ewigkeit », sur transfermarkt.de, (consulté le 28 mars 2014)
    26. , p. 158
    27. et (en) Karel Stokkermans, « World Cup 1930-2014 », (consulté le 30 janvier 2015)
    28. , p. 129
    29. , p. 134–138
    30. , p. 142
    31. , p. 144-152
    32. (de) Marius Egger, « Köbi Kuhn und die Sheffield-Girls », ,‎ ((lire en ligne)
    33. « Titre manquant », Sport,‎
    34. , p. 140
    35. et (de) « Die Gesamtbilanz aller schweizer Länderspiele » (consulté le 5 décembre 2015)
    36. , p. 175–176
    37. , p. 180–181
    38. et , p. 189–199
    39. et , p. 206–208
    40. , p. 188
    41. , p. 214
    42. et « Historique de la Suisse au classement FIFA », sur fifa.com (consulté le 23 mars 2014)
    43. , p. 318
    44. , p. 208–213
    45. , p. 366-369
    46. Daniel Visentini, « Stop it Chirac », ,‎ ((lire en ligne)
    47. , p. 216–217
    48. Serge Trimpont, « Jorge passera-t-il l’été ? », ,‎ , p. 34 ((lire en ligne)
    49. et , p. 218–221
    50. , p. 222–224
    51. Yves Terrani, « La «Nati» n’est pas un ténor du football mondial. Et ne le sera sans doute jamais », ,‎ , p. 31 ((lire en ligne)
    52. , p. 225–236
    53. , p. 247–250
    54. et , p. 251–255
    55. , p. 264–272
    56. et , p. 275–286
    57. Erwan Le Duc, « Euro 2008 : la Suisse chute d’entrée face à la République tchèque (1-0) », ,‎ ((lire en ligne)
    58. David Even, « Euro 2008 : la Turquie élimine la Suisse (2-1) », ,‎ ((lire en ligne)
    59. « Euro 2008: les dés sont jetés », , (consulté le 29 janvier 2015)
    60. « Le football suisse change d’ère », , (consulté le 30 mars 2014)
    61. « Ottmar Hitzfeld succède à Köbi Kuhn », , (consulté le 30 mars 2014)
    62. « Qualification pour le mondial 2010: Les cadors assurent », ,‎ ((lire en ligne)
    63. Daniel Burkhalter, « La Nati qualifiée pour la Coupe du monde ! », , (consulté le 30 mars 2014)
    64. Samuel Jaberg, « Mondial 2010: l’exploit de la Suisse face à l’Espagne », , (consulté le 30 mars 2014)
    65. Samuel Jaberg, « Le rêve suisse se brise sur la défense hondurienne », , (consulté le 30 mars 2014)
    66. et « A vos marques, prêts, tirez ! », , (consulté le 30 janvier 2015)
    67. « La Suisse éliminée de l’Euro 2012! », ,‎ ((lire en ligne)
    68. « La Suisse finit par un joli succès pour l’honneur », , (consulté le 30 mars 2014)
    69. Vincent Duchesne, « L’Allemagne prend l’eau en Suisse », ,‎ ((lire en ligne)
    70. « La Suisse bat le Brésil en amical! Merci Alves », , (consulté le 30 mars 2014)
    71. Renat Kuenzi, « Le soleil brésilien brille déjà sur le football suisse », sur swissinfo.ch, (consulté le 30 mars 2013)
    72. (en) « Qualifying round : Group E », (consulté le 30 mars 2014)
    73. « La Nati récolte les fruits et séduit Köbi », , (consulté le 30 mars 2014)
    74. « FIFA Mondial: Seferovic libère une Suisse crispée », , (consulté le Ier juillet 2014)
    75. « FIFA Mondial: Naufrage total de la Suisse contre la France », , (consulté le Ier juillet 2014)
    76. « FIFA Mondial: Schär, “la pression était énorme” », , (consulté le Ier juillet 2014)
    77. « FIFA Mondial: l’Albiceleste brise le rêve de la Suisse », , (consulté le Ier juillet 2014)
    78. « Vladimir Petkovic reprendra les commandes de la Nati après Ottmar Hitzfeld », sur arcinfo.ch, (consulté le 29 janvier 2015)
    79. et « Statistiques et résultats de l’équipe A », sur football.ch (consulté le 24 février 2018)
    80. « Euro 2016 : Espagne et Suisses qualifiées, l’Angleterre sur sa lancée, Ibrahimovic buteur », sur tf1.fr,
    81. « UEFA Euro 2016: un Albanie-Suisse forcément particulier », sur rts.ch, (consulté le 24 février 2018)
    82. « UEFA Euro 2016: une Suisse disciplinée, solidaire et… qualifiée! », sur rts.ch, (consulté le 24 février 2018)
    83. « UEFA Euro 2016: la Suisse était pourtant revenue de l’enfer », sur rts.ch, (consulté le 24 février 2018)
    84. « Le Portugal domine la Suisse (2-0) et verra la Russie », sur eurosport.fr, (consulté le 24 février 2018)
    85. Agence France-Presse, « Ligue des nations: la Suisse avec l’Angleterre et le Portugal en demi-finales », , (consulté le 18 janvier 2019)
    86. « Ligue des nations: la Suisse battue dans la petite finale », , (consulté le 11 juin 2019)
    87. Marc-André Miserez, « L’équipe nationale en campagne sans sa croix », , (consulté le 22 janvier 2015)
    88. et « La Nati dévoile son nouveau maillot à croix », ,‎ ((lire en ligne)
    89. sportinformation, « Avenir moins sombre pour la Suisse ? », ,‎ , p. 23 ((lire en ligne)
    90. Jean-François Fournier, « Créateur de mode, Jorge Campos est encore gardien et buteur des Mexicains », ,‎ , p. 23 ((lire en ligne)
    91. et Nicolas Jacquier, « Un nouveau surnom, s’il vous plaît! », ,‎ , p. 30
    92. (en) Davide Rota, « Swiss Players in Italy », (consulté le 14 mai 2014)
    93. (en) Erik Garin, « Swiss Players in France », (consulté le 14 mai 2014)
    94. Emanuele Saraceno, « Köbi Kuhn et le «Swiss Timing» », ,‎ , p. I ((lire en ligne)
    95. et Jean Le Bail, « L’Europe adore les p’tits Suisses », , (consulté le 14 mai 2014)
    96. et (en) Erik Garin et Roberto Mamrud, « Switzerland – Record International Players », (consulté le 8 septembre 2015)
    97. et (de) « Hermann hat neu 118 Länderspiele absolviert », ,‎ ((lire en ligne)
    98. , p. 21
    99. , p. 44
    100. , p. 75
    101. , p. 93
    102. , p. 96
    103. , p. 134
    104. , p. 156
    105. , p. 151
    106. , p. 237
    107. , p. 289
    108. « Shaqiri, le diamant suisse », sur uefa.com, (consulté le 29 janvier 2015)
    109. « Ce qu’il faut savoir sur la Suisse », , (consulté le 29 janvier 2015)
    110. « Shaqiri rejoint le top 5 des meilleurs buteurs suisses en Coupe du monde », , (consulté le 29 janvier 2015)
    111. , « Mondial-2014: la Suisse au Brésil avec les promesses de la génération Shaqiri », , (consulté le 14 mai 2014).
    112. Daniel Visentini, « Behrami: «Je suis aussi Albanais, mais je dois tout à la Suisse» », , (consulté le 11 juillet 2018).
    113. Nicolas Jacquier, « La Suisse balkanique sera opposée à ses racines », , (consulté le 14 mai 2014).
    114. Mathias Froidevaux, « Philippe Senderos », , (consulté le 14 mai 2014).
    115. , p. 12
    116. « Petkovic remplacera Hitzfeld », , (consulté le 14 mai 2014)
    117. ats/adav, « Equipe de Suisse: Vladimir Petkovic prolonge jusqu’en 2017 », sur rts.ch, (consulté le 4 mars 2016)
    118. « Petkovic prolonge de deux ans avec l’ASF », sur lematin.ch, (consulté le 28 août 2017)
    119. « Prolongation de contrat avec l’entraîneur national, Vladimir Petkovic », sur football.ch, (consulté le 26 février 2020)
    120. « Staff technique », sur football.ch (consulté le 28 janvier 2015)
    121. « Coupe du monde de la FIFA, Suisse 1954 », (consulté le 6 avril 2014)
    122. Christophe Remise, « Les 8 stades de l’Euro », ,‎ ((lire en ligne)
    123. « L’équipe de Suisse logera à Weggis », ,‎ ((lire en ligne)
    124. (en) Karel Stokkermans, « European Championship », (consulté le 30 janvier 2015)
    125. (en) Lars Aarhus, « Football Tournament of the Olympic Games – Overview », (consulté le 30 janvier 2015)
    126. (de) « Statistiques et résultats de l’équipe A », sur fussball-schweiz.ch (consulté le 5 septembre 2019)
    127. et (en) « Face à face Suisse-Italie », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
    128. et (en) « Face à face Suisse-Allemagne », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
    129. et (en) « Face à face Suisse-Allemagne de l’Ouest », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
    130. et (en) « Face à face Suisse-Hongrie », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
    131. et (en) « Face à face Suisse-Autriche », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
    132. et (en) « Face à face Suisse-France », sur wildstats.com (consulté le 10 janvier 2015)
    133. Mis à jour en juin 2016
    134. (en) « Face à face Suisse-Pays-Bas », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
    135. (en) « Face à face Suisse-Angleterre », sur wildstats.com (consulté le 9 juin 2019)
    136. (en) « Face à face Suisse-Suède », sur wildstats.com (consulté le 3 juillet 2018)
    137. (en) « Face à face Suisse-Belgique », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
    138. (en) « Face à face Suisse-Tchécoslovaquie », sur wildstats.com (consulté le 29 avril 2014)
    139. (en) « Face à face Suisse-Portugal », sur wildstats.com (consulté le 5 juin 2019)
    140. (en) « Face à face Suisse-Espagne », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    141. (en) « Face à face Suisse-Norvège », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    142. (en) « Face à face Suisse-Irlande », sur wildstats.com (consulté le 5 septembre 2019)
    143. (en) « Face à face Suisse-Écosse », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    144. (en) « Face à face Suisse-Turquie », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    145. (en) « Face à face Suisse-Grèce », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    146. (en) « Face à face Suisse-Roumanie », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    147. (en) « Face à face Suisse-Yougoslavie », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    148. (en) « Face à face Suisse-Luxembourg », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    149. (en) « Face à face Suisse-Danemark », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    150. (en) « Face à face Suisse-Pologne », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    151. (en) « Face à face Suisse-Bulgarie », sur wildstats.com (consulté le 19 janvier 2016)
    152. et « Classement mondial FIFA/Coca-Cola », sur fr.fifa.com (consulté le 7 septembre 2016)
    153. « Equipe de Suisse: Shaqiri propulse la sélection de Petkovic dans l’histoire », sur rts.ch (consulté le 2 juin 2017)
    154. (de) Werner Bosshard, « Die Zuschauer der Schweizer Fussball-Nationalmannschaft », sur limmatverlag.ch (consulté le 27 janvier 2015)
    155. Mathias Froidevaux et Matthew Allen, « Une marée rouge et blanche déferle sur l’Allemagne », , (consulté le 27 janvier 2015)
    156. Simon Meier, « Le retour de la marée rouge », ,‎ ((lire en ligne)
    157. « La Suisse peut encore rêver de Coupe du monde », , (consulté le 27 janvier 2015)
    158. ap, « La Suisse envahie par le bonheur », ,‎ , p. 32 ((lire en ligne)
    159. P. H., « Des chiffres parlants », ,‎ , p. 12 ((lire en ligne)
    160. et (de) « Meistgesehene Sendungen SRF seit 1985 » [PDF], (consulté le 27 janvier 2015)
    161. (de) « 1,73 Millionen sahen Schweizer Out », ,‎ ((lire en ligne)
    162. , « La TSR s’attend à des années plus difficiles », ,‎ ((lire en ligne)
    163. (de) « Fussball-WM und Olympische Spiele dominierten », ,‎ ((lire en ligne)
    164. , « 370’000 téléspectateurs pour Espagne-Pays-Bas sur la TSR », ,‎ ((lire en ligne)
    165. « Suisse-Argentine a fait un véritable carton à la télé », ,‎ ((lire en ligne)
    166. (it) « I mondiali di calcio alla RSI fanno il pieno d’ascolti! », , (consulté le 27 janvier 2015)

    Sur les autres projets Wikimedia :

    Bibliographie[[[[ | ]

    : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

    • Jacques Ducret, Le livre d’or du football suisse, Lausanne, Editions L’Age d’homme, , 370 p. ( , présentation en ligne)
    • (de) Beat Jung (dir.), Christian Koller, Fabian Brändle, Jürg Ackermann et Thomas Knellwolf, Die Nati : Die Geschichte der Schweizer Fussball-Nationalmannschaft, Göttingen, Verlag Die Werkstatt, , 416 p. ( , présentation en ligne)
    • Jérôme Berthoud, Grégory Quin et Philippe Vonnard, Le football suisse : Des pionniers aux professionnels, PPUR Presses Polytechniques, , 129 p. ( )
    • (de) Daniel Schaub et Michael Martin, Das goldene Buch des Schweizer Fussballs : 750 Länderspiele von 1905-2014, Bâle, rotweiss Verlag, ( , présentation en ligne)

    Articles connexes[[[[ | ]

    Liens externes[[[[ | ]

    La version du 19 février 2015 de cet article a été reconnue comme « bon article », c’est-à-dire qu’elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l’illustration.